Fauteuils roulants en libre-service : l’idée fait son chemin

Il y a déjà les vélos, les voitures et autres scooters électriques en libre-service pour les déplacements urbains. Voici les fauteuils roulants mis à disposition en ville pour les personnes à mobilité réduite. Comme récemment à La Ciotat, mais pas seulement… et selon différentes formules.

Le système Vélib ou Autolib a inspiré Amar Marius Makdoud. Cet entrepreneur à La Ciotat est l’inventeur d’Handy Lib, un « concept automatisé pour la mise en libre-service de fauteuils roulants sur des places de stationnement ». Grâce à son idée, plus besoin de charger et décharger son fauteuil à bord de son véhicule parfois à plusieurs reprises lors d’une même journée. Quand on veut aller faire des courses, s’adonner à une activité physique ou sportive, accomplir une démarche, visiter un musée…

Il suffit d’utiliser un bip ou une appli sur son téléphone, de se garer sur un emplacement dédié où un appareil sortira automatiquement son habitacle et viendra doucement « se positionner de manière optimale » devant la portière de son auto pour faciliter le transfert. Ne reste plus ensuite qu’à vaquer à son occupation du moment.

Un gain d’autonomie … potentiellement payant

Sur le papier, c’est évidemment moins de manutention et de complexité, donc une économie de temps, de fatigue et plus d’autonomie. Mais, pour le moment, seul un Handy Lib – un prototype – est en fonction, installé sur le parking urbain sportif de la Ciotat. La municipalité en proposera-t-elle d’autres ? Amar Marius Makdoud œuvre lui à l’industrialisation et à la commercialisation de son produit.

Son ambition ? Séduire des gestionnaires de grandes surfaces et d’autoroutes, mais aussi des hôpitaux, d’autres municipalités, etc. Son modèle économique demeure toutefois à préciser. Handy Lib, financé par ses propres deniers, sera-t-il un service gratuit ou pas ? Quid des données personnelles des utilisateurs ? Aujourd’hui, il n’est plus le seul sur le marché.

Une idée déjà testée parfois approuvée

De fait, d’autres sociétés ont présenté des concepts comparables ces dernières années. Telles Myd’l, associée à l’agence de design Axéna, avec son projet baptisé Diabolo’Lib, présenté début des années 2010. Un fauteuil en plastique rotomoulé, « moderne, confortable, sympathique », intégré dans une station d’accueil modulable. Le projet a néanmoins fait chou blanc, faute probablement d’avoir trouvé son public.

Des villes se sont aussi lancées, comme La Rochelle ou Orléans. Mais, l’inventeur d’Handy Lib insiste : seul son concept offre une vraie liberté aux personnes à mobilité réduite : « Ce n’est pas un chariot de supermarché ! », chariot qu’il faut aller chercher et décrocher de sa rampe de rangement. Sur ce point, personne peut le contredire.

 

Source : Faire Face.fr

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel