26/09/2017

Marseille : plus de 250 offres d'emploi présentées ce mardi

villa_med_marseille.jpg

A l'occasion de la 10e édition du salon Euroméd'tier, organisée par la Cité des Entrepreneurs, plus de 250 offres d'emploi seront présentées ce mardi 26 septembre depuis la Villa Méditerranée. Les candidats pourront rencontrer de nombreuses entreprises présentes pour échanger et postuler directement aux offres. 

Des stands "ateliers coaching" sont installés pour accompagner et aider les demandeurs d'emploi dans leurs recherches. Plusieurs animations sont programmées comme le test de niveau d'anglais, la simulation d'entretiens filmés ou encore un bar à CV.

Les visiteurs pourront également suivre trois conférences de 10h15 à 13h15 autour du thème "L'emploi à l'ère du digital".

Salon de l'emploi Euroméd'tier

Mardi 26 septembre
10h à 17h
Villa Méditerranée

Article La Provence - Publié le 25/09/2017

Handicap : pourquoi 3500 enfants n'ont toujours pas accès à l'école ?

enfantLM.jpg

Malgré l’engagement du candidat Macron et 8 000 nouveaux postes d’auxiliaires de vie scolaire, certains restent en attente d’accompagnant.

Plus de deux semaines après la rentrée, ils sont 3 500 enfants en situation de handicap toujours en attente d’un auxiliaire de vie scolaire (AVS). Le collectif Citoyen handicap a rendu public ce chiffre, que le gouvernement confirme. Douze ans après la loi de 2005, des progrès considérables sur la scolarisation des enfants handicapés ont été accomplis et pourtant, malgré l’engagement du candidat Emmanuel Macron, des familles se trouvent à nouveau sans solution en septembre.

Lors du débat du second tour de la présidentielle, Emmanuel Macron avait choisi la question du handicap pour sa « carte blanche ». Il s’était alors notamment engagé à créer « tous les postes d’AVS pour que les enfants vivant en situation de handicap puissent aller à l’école ».

Depuis la loi de 2005, tous les enfants, notamment ceux présentant un handicap ou une maladie, peuvent être inscrits, dès la maternelle, à l’école, et des postes d’auxiliaires de vie scolaire sont alors créés pour favoriser leur autonomie. Le nombre d’enfants en situation de handicap scolarisés en « milieu ordinaire », c’est-à-dire dans des écoles non spécialisées, a plus que doublé en douze ans, passant de 133 838 en 2004 à 280 000 en 2016.

Pour cette rentrée, malgré les restrictions budgétaires, le nombre d’élèves qui doit bénéficier d’un accompagnement est de 164 000, en hausse de 12 % par rapport à la rentrée 2016. Le gouvernement a encore renforcé les effectifs et mobilisé plus de 80 000 accompagnants. Ils sont 50 000 en contrat aidé et 30 000 accompagnants d’élève en situation de handicap (AESH), soit 8 000 de plus qu’à la rentrée 2016. Alors comment explique-t-on les 3 500 enfants en attente d’AVS, évoqués sur RTL, lundi ? (...) Cliquez pour lire la suite.

Article Le Monde - Publié le 21/09/2017

Baisse du nombre des contrats aidés : une pétition pour alerter le gouvernement

Suite à notre courrier adressé à la Ministre du Travail et au communiqué de presse, rédigé avec six acteurs associatifs et solidaires, nous signons aujourd'hui une pétition adressée au Président de la République, pour dénoncer une mesure à contre-temps qui déconstruit un marchepied bénéfique pour la société.

Les conséquences de cette diminution, décidée fin août par souci d'économie budgétaire, sont désastreuses pour le retour à l'emploi de nombreuses personnes dont celles en situation de handicap. Ces dernières étant touchées par le chômage deux fois plus durement que l'ensemble de la population, les contrats aidés représentent un tremplin pour leur insertion professionnelle. C'est ainsi qu'en 2016, 12% des contrats aidés ont concerné des personnes en situation de handicap. 

Alors que le chômage se transforme pour certains en une boucle sans fin, ce type de contrat permet l’accès quasi-immédiat à un emploi et brise ce cercle vicieux du chômage et de l’exclusion. Les études du Ministère du Travail montrent également qu'une formation, associée à une activité professionnelle notamment via un contrat aidé, se révèle plus efficace pour le retour à l'emploi des chômeurs de longue durée. 

Pour préserver ce dispositif et en défendre les fondements, nous sommes signataire d'une pétition, aux côtés de nombreux acteurs associatifs. Vous pouvez vous associer à cette démarche et signer la pétition sur Change.org.

>>> Signez la pétition en ligne ici <<<

25/09/2017

Journée Départementale des Aidants 2017

Nous vous donnons rdv Vendredi 6 Octobre 2017
dans les locaux de l'E.H.P.A.D l'Estérel à Salon de Provence

JNA_flyer.JPG

JNA_programme.JPG

L'allocation adulte handicapé revalorisée à 860 euros en novembre 2018

L’allocation adulte handicapé (AAH) passera à 860 euros le 1er novembre 2018, puis à 900 euros le 1er novembre 2019, a annoncé mercredi le Premier ministre, Edouard Philippe.

« Elle est actuellement pour une personne seule de 810 euros. Elle sera portée à un montant de 860 euros en novembre 2018. Le 1er novembre 2019, elle sera portée à 900 euros », a-t-il déclaré à l’issue du premier comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat, à Matignon.

Un million de bénéficiaire

Cette allocation, qui bénéficie à près d’un million de personnes en situation de handicap, fera par ailleurs l’objet de revalorisations « à hauteur de l’inflation » en avril 2018 et 2019, a précisé Edouard Philippe.

Pendant la campagne, Emmanuel Macron avait promis d’augmenter à 900 euros l’AAH.

Selon le Premier ministre, cette hausse de 90 euros en deux ans représente « un effort supplémentaire de deux milliards d’euros sur le quinquennat » pour « corriger le niveau insuffisant de cette allocation ».

Article 20 Minutes - Publié le 20/09/2017

Benur, une nouvelle solution de mobilité

Tout au long de l’année, des « défricheurs » innovent dans différents domaines.

Victime d’un accident de la circulation, Joseph Mignozzi a conçu un tricycle qui permet à une personne handicapée de se lancer sur les routes sans descendre de son fauteuil roulant.

De passage à Paris, Joseph Mignozzi souhaitait montrer le caractère tout-terrain de son invention. Il a choisi le pentu parc de Saint-Cloud, comme terrain d’essai. Le test est concluant. L’engin à trois roues avale les côtes raides, descend les sentes pavées et attire la curiosité de deux agents du domaine national. « Ça passe partout, dit le pilote. Avec lui, j’ai roulé sur le sable, le gravier, l’herbe… »

Muni d’un pédalier à mains situé à l’avant, ce tricycle à assistance électrique, qui peut rouler jusqu’à 25 km/h, appartient à la catégorie des handbikes, les vélos conçus pour les personnes en situation de handicap. Son plus ? Il est possible d’y monter sans descendre de son fauteuil roulant et sans aide, grâce à une large plate-forme arrière dotée d’une rampe d’accès rétractable.

La précision a son importance. « La grande majorité des gens en fauteuil ne peuvent pas se transférer seul, reprend Joseph Mignozzi. Mon vélo apporte une réponse à la problématique de la mobilité, pour retrouver son indépendance. » (...) Cliquez pour lire la suite.


Si la vidéo ne s'affiche pas correctement,
vous pouvez la visionner en cliquant ici.



Article La Croix - Publié le 18/08/2017