10/08/2017

La revanche de Tristan

tristan-le-beller-avec-sa-medaille-d-or-autour-du-cou.jpgFraîchement sacré à Kissimmee, en Floride, Tristan ne réalise pas encore. « C'est un sentiment assez inexplicable, je ne me rends pas encore bien compte de ce qu'on a réalisé ». Le 9 juillet dernier, il inscrivait un doublé lors de la victoire (4-2) de la France en finale de la coupe du monde de foot fauteuil contre les États-Unis. Retour sur cette expérience unique.

« Une source de vie »  

Tristan est un tétraplégique incomplet. Il découvre le foot fauteuil à l'âge de 6 ans. Il prend vite goût à ce sport « réservé aux personnes utilisant un fauteuil électrique dans la vie quotidienne ». Il va rapidement s'épanouir et trouver une « source de vie » dans le foot pour s'évader de son quotidien au centre de soins de Kerpape, à Ploemeur. Talentueux, il a intégré les Merlus de Kerpape et tapé dans l'oeil de Bernard Berthouloux, son coach en équipe de France et rival en championnat avec son équipe du Lorient Foot Fauteuil. Malgré sa jeunesse et sa précocité, il le convoque en équipe de France, en octobre 2016. C'est le début d'une grande aventure. Défenseur en club, son coach voit en lui des talents d'attaquant. Reconversion réussie pour le Bubryate : « Titoo », son surnom, termine meilleur buteur du championnat du monde. Face à ce succès, ses parents, Jean Pierre et Sandrine, y voient une « revanche sur la vie ». « Maintenant, c'est une vie bien pleine qui se présente à lui. La maladie fait partie du passé » (...) Cliquez pour lire la suite.

Article Le Télégramme - Publié le 08/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.