Sport

  • Les Jeux paralympiques tracent leur piste sur France Télévisions

    jeux-paralympiques-france-televisions-660x330.png

    France 2 et France 3 vont diffuser les épreuves des Jeux paralympiques d’hiver, du 9 au 18 mars. Une cinquantaine d’heures de direct complétées de deux rendez-vous quotidiens.

    Les Jeux paralympiques à la télé ? C’est désormais une affaire qui glisse. France Télévisions va assurer une cinquantaine d’heures de direct pendant Pyeongchang 2018, du 9 au 18 mars. C’est certes quasiment deux fois moins que pour les Jeux olympiques du 9 au 25 février. Mais la compétition dure moins longtemps – 10 jours contre 17. Le nombre d’épreuves est plus limité – 80 contre 102. Et 670 athlètes y participent contre 2 925, lors des Olympiades de février.

    Les Jeux en direct sur France Télévisions depuis 2014

    France Télévisions a pris le virage paralympique lors des Jeux d’hiver de Sotchi, en 2014. France 4 avait diffusé soixante heures de direct. Avec de belles audiences à la clé. Jusqu’alors, les chaînes publiques françaises n’avaient jamais programmé de handisport en direct. Sauf à de rares exceptions comme la finale de cécifoot des Jeux paralympiques de Londres 2012. Les spectateurs devaient se contenter de résumés ou zapper sur TV8 Mont Blanc qui retransmettait les épreuves.

    Douze athlètes français engagés

    Pour les Jeux paralympiques d’été de Rio 2016, France 2 et France 4 avaient assuré cent heures de direct. Cette fois, ce sont France 2 et France 3 qui se relaieront. Une bonne nouvelle pour les douze athlètes et trois guides français engagés dans les épreuves de ski alpin, snowboard, ski de fond et biathlon. À voir à la télé.

     Franck Seuret - Faire Face - Publié le 07/03/2018

  • Semaine olympique et paralympique : l’APF soutient la pratique du sport pour tous !

    semaine_olympique_paralympique_1200x800_848224_0.jpgL’APF soutient la 2e édition de la Semaine olympique et paralympique qui a pour ambition d'associer des pratiques physiques et sportives à l'éducation morale et civique pour tous les élèves, de la maternelle au lycée.

    L’APF est fortement impliquée dans la promotion et le développement des activités physiques et sportives pour les personnes en situation de handicap.

    C’est pourquoi elle a noué un partenariat avec la Fédération française handisport, depuis plus d’un an, mais aussi avec d’autres fédérations sportives et du sport pour tous, pour promouvoir l’accès aux activités physiques et sportives dans une approche inclusive et en prenant compte les besoins spécifiques de chacun.

    L’APF est également investie dans la préparation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Ces jeux sont une formidable opportunité de développement pour l’ensemble du pays avec des impacts économiques, sociaux, sociétaux et territoriaux pour tous. L’APF se reconnait pleinement dans les valeurs et les chances portées par cet événement.

  • Coup de cœur de la semaine : être en fauteuil roulant n’empêche pas de s’exprimer artistiquement

    Partout dans le monde, des personnes à mobilité réduite repoussent les limites. Elles montrent aussi qu’être en fauteuil roulant n’empêche pas de s’exprimer artistiquement. Une compilation vidéo le souligne avec brio.

    Histoire de commencer 2018 avec gaieté, rien de mieux que de visionner la vidéo ci-après ! Une compilation dont la séquence d’ouverture est trompeuse. On y voit une personne se jeter de son fauteuil roulant pour plonger du haut d’une falaise.

    Un choix éclectique de séquences en fauteuil

    Ce best of a surtout pour but de démontrer que même assis dans son aide technique énormément de choses restent possibles. Tout d’abord dans le domaine sportif et plus particulièrement celui des sports extrêmes. En réalisant des sauts à gogo depuis divers tremplins, d’un pont (saut à l’élastique), voire du ciel (parachutisme), ou encore en surfant. Au choix : le ressac, la neige ou le bitume.

    Des glisses variées qui demandent un peu d’ingéniosité. Ainsi, place à la création du “skate board-fauteuil” ou du “surf-fauteuil”. Sans oublier qu’être en fauteuil roulant n’empêche pas de défiler, chanter ou danser. Bien au contraire ! Des morceaux choisis jouissifs et optimistes, à voir et revoir. 


    Article Faire face - Publié le 29/12/2017