Scolarité

  • Bac 2018 : quels aménagements en cas de handicap ?

    C'est lundi 18 juin que débutent les épreuves du bac 2018. 753 148 candidats sont invités à plancher. Parmi eux, 29 661 sont en situation de handicap. L'effectif global est en hausse de 5,06 % par rapport à 2017. Quelques chiffres ? Le plus jeune a 11 ans, le plus âgé 76. 2 900 sujets ont été élaborés. Quatre millions de copies seront corrigées par 174 331 examinateurs et correcteurs. 

    Lire la suite

  • Parcours Sup : un recul pour les étudiants en situation de handicap

    Pour les élèves de terminale en situation de handicap, le nouveau Parcoursup représente un vrai recul quant à leur affectation dans l'enseignement supérieur.

    La très décriée APB (Admission Post Bac), ancienne plateforme de gestion des inscriptions dans l'enseignement supérieur, avait tout de même un avantage : la possibilité pour les jeunes en situation de handicap d'avoir un suivi personnalisé. Dans plusieurs académies, les enseignants référents et les responsables académiques se réunissaient pour examiner les souhaits d'orientation. Cela permettait d'expliquer par exemple des cas de cursus lycéens réalisés en 4 ou 5 ans ou les interruptions de notes dues à de multiples hospitalisations.

    Avec Parcoursup, c'est fini et ce n'est pas faute d'avoir alerté le gouvernement sur cette injustice. Comme le rappelle la Commission Education et santé du CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées) dont l'APF fait partie, le processus d’orientation des élèves en situation de handicap est complexe et nécessite le concours de professionnels formés.

    De nombreux médias se sont emparés du sujet qui a été très commenté et relayé ce week-end.

    L'APF reste mobilisée sur le sujet et demande que les élèves en situation de handicap puissent avoir les mêmes chances que les autres étudiants grâce à une prise en compte des spécificités liées à leur handicap !
    APF - Publié le 19/03/2018
  • Handicap invisible : suivre des études sans décrocher !

    handicap-invisible-suivre-des-etudes-sans-decrocher-10532.jpg

    Dans plus de 95% des cas rencontrés, la phase de décrochage en études supérieures est en lien avec une situation de handicap invisible. C'est ce que constate Sciences Po d'après ses premières évaluations menées en 2017. Dans ce contexte, comment faire face à un afflux croissant d'apprenants, de tous âges, en situation de handicaps dits « invisibles » (autisme, troubles Dys, troubles psychiques)...

    Lire la suite