Politique - Page 4

  • Démocratie sanitaire : France Assos Santé dénonce un financement refusé

    La Caisse nationale d’assurance maladie (CNAMTS) vient de refuser de voter le financement du Fonds national pour la Démocratie sanitaire* inscrit dans la loi de financement de la Sécurité sociale.

    Ce fonds est destiné à apporter notamment à France Assos Santé, dont l’APF fait partie, les moyens de défendre les droits et les intérêts des usagers dans les nombreuses instances où leur participation est prévue ainsi que dans les débats publics contribuant à orienter la décision collective et celle des pouvoirs publics.

    Ce refus de valider un financement voté par la représentation nationale montre une fois de plus l’opposition sourde à la démocratie participative et les réticences à prendre effectivement en compte, au‐delà des discours, la voix des usagers représentés par les associations agréées.

    Dans le même temps, la stratégie nationale de santé (SNS) promeut un axe intitulé : « Réaffirmer le rôle des usagers comme acteurs de leur parcours de santé et associer les citoyens à la gouvernance du système de santé ».

    Des paroles … et des actes.

    Télécharger le communiqué de presse de France Assos Santé

    *Le Fonds national pour la Démocratie sanitaire a été créé par la Loi de modernisation de notre système de santé (LMSS) pour venir financer notamment l’UNAASS, devenue France Assos Santé, qui est aussi une création de la LMSS.

  • L'Assemblée vote le don de jours de congés payés et RTT pour les aidants

    Il sera bientôt possible de donner un ou plusieurs jours de repos à un collègue s'occupant d'un proche en perte d'autonomie ou handicapé.

    Donner des jours de congé à des collègues s'occupant de personnes âgées ou handicapées sera bientôt réalisable. L'Assemblée nationale unanime a voté ce 7 décembre cette possibilité en faveur des "aidants", via une proposition de loi centriste que la gauche de la gauche est seule à critiquer.  

    Lire la suite

  • Rapporteur de l'ONU sur le handicap : "il n'existe pas de bons établissements"

    rapporteuse_onu.jpgAprès 10 jours en France, Catalina Devandas-Aguilar, rapporteuse spéciale de l’ONU sur le handicap, demande au gouvernement "un plan d'action pour assurer la fermeture progressive de tous les établissements". Dans un premier compte rendu très complet, elle détaille ses observations et propositions et prône la "désinstitutionalisation".

    podcast

    Lire la suite