Communication - Page 4

  • Parcours Sup : un recul pour les étudiants en situation de handicap

    Pour les élèves de terminale en situation de handicap, le nouveau Parcoursup représente un vrai recul quant à leur affectation dans l'enseignement supérieur.

    La très décriée APB (Admission Post Bac), ancienne plateforme de gestion des inscriptions dans l'enseignement supérieur, avait tout de même un avantage : la possibilité pour les jeunes en situation de handicap d'avoir un suivi personnalisé. Dans plusieurs académies, les enseignants référents et les responsables académiques se réunissaient pour examiner les souhaits d'orientation. Cela permettait d'expliquer par exemple des cas de cursus lycéens réalisés en 4 ou 5 ans ou les interruptions de notes dues à de multiples hospitalisations.

    Avec Parcoursup, c'est fini et ce n'est pas faute d'avoir alerté le gouvernement sur cette injustice. Comme le rappelle la Commission Education et santé du CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées) dont l'APF fait partie, le processus d’orientation des élèves en situation de handicap est complexe et nécessite le concours de professionnels formés.

    De nombreux médias se sont emparés du sujet qui a été très commenté et relayé ce week-end.

    L'APF reste mobilisée sur le sujet et demande que les élèves en situation de handicap puissent avoir les mêmes chances que les autres étudiants grâce à une prise en compte des spécificités liées à leur handicap !
    APF - Publié le 19/03/2018
  • Accessibilité des lieux de travail : l'APF en recours devant le Conseil d’Etat

    La « loi handicap » de 2005 prévoit que les lieux de travail doivent être accessibles aux personnes handicapées. Treize ans après et alors que le nombre de chômeurs handicapés se situe à plus de 500 000 personnes, l’ensemble des textes d’application n’est toujours pas paru. 
     
    Face à cette situation, l’APF et la FNATH ont décidé de déposer un recours devant le Conseil d’Etat pour demander la publication des textes nécessaires pour une pleine accessibilité des lieux de travail.
     
    Dans ce recours, l’APF et la FNATH rappellent que  la loi du 11 février 2005 fixait un délai de six mois pour la publication des mesures réglementaires d'application de la loi, montrant ainsi que la volonté du législateur concernant l’accessibilité des lieux de travail a été clairement bafouée. 
     
    Loin d’être une question symbolique, ce défaut de publication de l’arrêté n'est pas sans conséquence pour les personnes en situation de handicap censées en bénéficier.
    Alors que le nombre de chômeurs dépasse les 500 000 personnes et que le taux de chômage reste de manière continue le double de celui du reste de la population, ce vide réglementaire empêche un certain nombre de travailleurs handicapés d’accéder ou de se maintenir en emploi.
    APF - Publié le 16/03/2018

  • Aidants : renvoi de la proposition de loi sur la reconnaissance sociale

    Le 8 mars dernier, l'Assemblée Nationale a voté une motion de renvoi de la proposition de loi sur la reconnaissance sociale des aidants.

    Nous déplorons que cette proposition de loi n'ait pas été adoptée immédiatement car elle répond à un vrai besoin. Elle visait à apporter une reconnaissance sociale aux 8,3 millions de proches aidants en France et répondait aux principales revendications de l'APF concernant le congé proche aidant : son indemnisation et sa durée d’un an rendue possible pour chaque personne aidée.

    Cette proposition n'a cependant pas été rejetée, mais renvoyée devant la commission des affaires sociales qui va donc se pencher sur le sujet. A défaut d'une adoption immédiate, cela aura permis de porter le débat sur les proches aidants au niveau de l'Assemblée nationale. Comme le dit Mme Brigitte Bourguignon, présidente de la commission des affaires sociales, "Nous sommes passés du silence sur la situation des aidants à une prise de conscience unanime et à l'amorce de solutions. [...] Les aidants sont sortis de l'ombre grâce à nos travaux. Nous ne les y renverrons pas".
     
    Notre association défend les droits des aidants et les accompagne concrètement au quotidien. Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez : 
    • Consulter nos revendications liées aux aidants familiaux et proches aidants
    • Découvrir les différents accompagnements proposés aux aidants 
    • En savoir plus sur notre nouveau dispositif Repairs Aidants, des sessions de sensibilisation/formation gratuites co-animées par un professionnel et un aidant

    APF - Publié le 13/03/2018

  • Handicap : le transport Mobi Métropole provençal saturé

    mobi.jpgL’agglomération Aix-Marseille Provence a fait avec Mobi Métropole le pari d’un service de transport dédié aux personnes à mobilité réduite. Problème : sa capacité maximale de prise en charge est atteinte et les moyens manquent.

    Fonctionnant sur réservation et à la demande tous les jours de 6 à 1 heure du matin, Mobi Métropole est très plébiscité. Voire trop, souligne Armand Benichou, le président de l’association HandiToit, le service « étant victime de son succès. » En effet, avec 150 000 voyages enregistrés en 2017 contre 52 000 en 2011, la prise en charge a triplé en six ans. Ainsi, Mobi Métropole a atteint sa capacité maximale.

    Prévoir ses trajets une semaine à l’avance

    Au point de connaître depuis l’automne des ratés et défaillances : annulations ou refus. Une situation que dénoncent d’une voix commune vingt associations locales, réunies au sein du collectif Handicap 13 : « Le transport des personnes en situation de handicap n’est plus garanti, les privant ainsi de leur activité professionnelle, de la possibilité de faire leurs courses, de mener leurs activités associatives ou tout autre déplacement privé lié à la vie sociale. »

    D’ailleurs, Mireille Fouqueau, la directrice départementale APF des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, déplore le fait « qu’il faut réserver une semaine à l’avance si on veut être sûr d’avoir le service ». Urgence et imprévu interdits.

    « Garantir aux personnes en situation de handicap le droit à se déplacer. »

    Comment en est-on arrivé là ? En raison d’un élargissement de l’activité de Mobi Métropole vers les établissements médico-sociaux. « Ce qui a créé un appel d’air, note Armand Bénichou, et fait que le service a du mal à fonctionner à la hauteur des besoins. » Pour le collectif Handicap 13, il faut pourtant « garantir le respect du droit à se déplacer des personnes en situation de handicap ».

    Du côté de la métropole Aix-Marseille Provence, on reconnaît ce constat et assure que l’accessibilité des transports communs pour les personnes à mobilité réduite (PMR) est une priorité. Avec l’objectif de rendre tous ses réseaux accessibles d’ici à 2020 pour les transports urbains. Puis 2021 pour les cars et 2025 pour le métro. Mais, d’ici là, pourquoi ne pas simplement augmenter le nombre de véhicules en service au sein de Mobi Métropole ?

    O. Clot-Faybesse - Faire Face - Publié le 05/03/2018
    À lire sur la marseillaise.fr

  • Handicap et droit de la consommation: l’APF et l’INC concluent un partenariat

    L’APF et l’Institut national de la consommation (INC) ont conclu un partenariat dont l’objectif est de mutualiser leurs expertises réciproques liant handicap et droit de la consommation afin de mieux accompagner les personnes en situation de handicap et leurs proches.

    Ce partenariat vise à :

    • donner les informations et conseils nécessaires aux personnes en situation de handicap et à leurs proches en lien avec le droit de la consommation ;
    • sensibiliser les consommateurs ainsi que les associations de consommateurs aux problématiques touchant les personnes en situation de handicap et leur famille.

    Première réalisation à venir dans le cadre de ce partenariat : un guide pratique sur les difficultés en droit de la consommation auxquelles sont fréquemment confrontées les personnes en situation de handicap et leur famille.

    Ainsi, parmi les sujets abordés par ce guide :

    • l'achat d'aides techniques (non-respect du devis ; délai de rétractation ; garanties...) ;
    • les problèmes liés à l'aménagement du logement/véhicule ; l'accessibilité à certains services/commerces (avion, cinéma, restaurant...)
    • les interlocuteurs et recours potentiels en cas de litiges liés à des questions de consommation.

    Un guide à paraître avant l’été ! A suivre !

    APF - Publié le 02/03/2018

  • Entreprises adaptées : les aides au poste en question

    Le projet de loi de finances 2018 prévoyait une baisse du montant unitaire de l'aide au poste. L'APF a fortement contribué à l'abandon de cette mesure et l'ouverture d'une concertation sur la réforme du financement du secteur.

    Pour les entreprises adaptées, l'examen du projet de loi de finances 2018 s'est mieux terminé qu'il n'avait démarré. Et l'APF y est pour beaucoup...

    Lire la suite